Trottinettes en libre-service à Paris : pas encore d’interdiction mais un coup de pression

Il y a 2 mois 70

Il n’en est pas fini des trottinettes en libre-service à Paris. Du moins pas encore. Les opérateurs présents dans la capitale étaient invités à une réunion importante, ce jeudi, à l’Hôtel de Ville.

Deux ans après avoir été sélectionnés par la municipalité à l’issue d’un appel d’offres pour opérer chacun 5 000 engins électriques, le premier adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire (PS), et l’adjoint aux transports, David Belliard (EELV), souhaitaient faire avec eux un « point d’étape » sur cette activité. En interne, on glissait même que la municipalité songeait sérieusement à ne pas renouveler le marché, alors que le contrant liant les opérateurs à la Ville s’achèvera en mars 2023.

Mais à la sortie de cette entrevue, Nicolas Gorse, le directeur général de Dott, assure qu’il n’en a pas été question. Il se montre toutefois prudent, sentant le ton se durcir. « La Ville de Paris attend de nous que l’on soit dans l’action, dans la concertation, sur les dimensions du domaine public, environnementale et de sécurité. »

Les écologistes demandent le non-renouvellement du marché

Les opérateurs semblent prêts à répondre favorablement à ces demandes. « Nous sommes mobilisés, au travail, pour essayer d’encore une fois améliorer notre secteur », ajoute Nicolas Gorse. Depuis 2020, des mesures ont déjà été prises. Stationnement obligatoire dans 2 600 espaces dédiés, bridage à 10 km/h dans 700 zones, entretien et recyclage des véhicules…

D’après un sondage mené par Ipsos, commandé par les opérateurs, 62 % des Parisiens notent d’ailleurs une amélioration dans la gestion des trottinettes. Mais cela semble insuffisant pour une partie de la majorité municipale, et surtout les écologistes de Paris.

Frédéric Badina Serpette, conseiller EELV de la capitale, se trouvait à l’hôtel de ville ce jeudi. Sans doute pas un hasard. L’élu est venu annoncer que son groupe demande le non-renouvellement du marché, car il juge le bilan « négatif » des opérateurs de trottinettes.

La Ville n’a, elle, pour l’heure toujours pas réagi.

Lire la Suite de l'Article