Restaurant Salvaje à Paris: remake des superprods des années 2000

Il y a 3 mois 96

Réservé aux abonnés

Salvaje, premier exemplaire d’une chaîne espagnole non loin des Ternes (8e). Salvaje

CRITIQUE GASTRONOMIQUE - En vingt ans le niveau de cette cuisine tout feu, toute lame, a sérieusement progressé. L’addition tout autant.

Personne pour se plaindre des vacances à venir, mais espérer quand même qu’à la rentrée prochaine les tables s’appliqueront à sortir des copies vraiment neuves.Car aussi bien au Haché Menu qu’à la présente chronique l’actualité hésite entre vintage et remake. D’un côté, une maison hors d’âge en quête de jouvence ; de l’autre, une de ces petites superprods comme l’an 2000 en lâchait plein les abords champs-élyséens.

Ils s’appelaient Barfly, Buddha Bar, Man Ray, Nobu, lâchaient des salles pas possibles de carton-pâte, des serveuses toutes en jambes, des décibels par paquet, des travellings de bar et des tarifs lourds comme la frime. Dans l’assiette, ça amusait à s’emmêler les fuseaux en cuisinant fusion et, sortez les baguettes, un prétexte de Japon offrait, déjà, le dos rond de sushis, parfaits à ne pas déranger les rouges à lèvres et les messieurs péremptoires.

À lire aussiKùkù, restaurant voyageur, de Capri à Mykonos

De ces années-là et du côté de Monceau, on n’est franchement pas loin avec ce premier exemplaire d’une chaîne espagnole. Laquelle…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Lire la Suite de l'Article