PSG Handball : «On n’avait pas le droit de négliger ce match», estime Elohim Prandi

Il y a 1 année 275

Par Romain Baheux, envoyé spécial à Cologne (Allemagne) 

Le

29 décembre 2020 à 22h06

A l'instar de son équipe, il était passé au travers contre Barcelone lundi. Le PSG et Elohim Prandi ont relevé la tête en dominant ce mardi les Hongrois de Veszprem (31-26) dans la petite finale du Final Four de la Ligue des champions. Un succès où l'arrière gauche français de 22 ans a terminé meilleur buteur parisien - à égalité avec Nedim Remili - avec six réalisations. Une revanche personnelle pour l'une des recrues estivales, qui se tourne désormais vers le Mondial en Egypte (13-31 janvier) qu'il ambitionne de disputer avec les Bleus.

Qu'est-ce que vous retirez de cette petite finale remportée contre Veszprem ?

ELOHIM PRANDI. C'était un match intensif où l'on a mis beaucoup de bons ingrédients de notre côté. Défensivement, on était très bien, et on en plante 31 devant. Je suis fier de l'équipe, on a bien relevé la tête après la défaite contre Barcelone, il fallait se remettre de cette demi-finale amère. On n'a pas beaucoup parlé après ce match. Chacun avait besoin de réfléchir et de se remettre en question individuellement.

Vous aussi ?

Clairement, je suis le principal concerné par ce que je vous dis. On attend beaucoup de moi, on m'a recruté pour certaines choses et je n'ai pas su me mettre en avant lors de cette première partie de saison. Je me suis remis en question de façon assez dure pour me relancer.

Cette troisième place au Final Four de la Ligue des champions, ça représente quoi ?

Nos informations sur le club de la capitale

On n'avait pas le droit de négliger ce match. Ce n'est pas que pour nous, on le doit à tous les gens du club avec qui l'on bosse toute l'année pour en arriver là. Cela montre qu'il y a beaucoup de potentiel dans cette équipe, et qu'il faut continuer à travailler pour revenir.

Que pensez-vous du très bon match de votre gardien remplaçant Yann Genty ?

Il fait sa première année en Ligue des champions à 39 ans, et il sort une prestation comme ça contre Veszprem en petite finale du Final Four… Il a tenu la baraque là où personne ne l'attendait, c'est la preuve qu'il peut rester un très grand gardien dans n'importe quelle compétition.

Maintenant, vous allez vous tourner vers le Mondial avec les Bleus…

Je suis Parisien, je peux penser au prochain Final Four mais, en équipe de France, rien n'est acquis (NDLR : il fait partie d'une pré-liste de 35 joueurs). Il y a beaucoup de très bons joueurs à mon poste, comme Timothey N'Guessan, qui a été très bon contre nous avec Barcelone. Ma place n'est pas acquise, donc je me projette surtout sur les objectifs de mon club. Maintenant, j'ai à cœur de mettre ce que j'ai montré là au service de l'équipe de France. L'année dernière, ça avait été un peu compliqué (NDLR : les Bleus avaient été sortis en poules de l'Euro), je dois pouvoir montrer que je suis à la hauteur de cette équipe.

Vous pourriez enchaîner le championnat, ce Final Four et après le Mondial…

C'est un peu fou de mettre je ne sais combien de matchs dans le même mois pour une équipe. On se retrouve à tirer sur la corde de joueurs qui sont blessés ou qui ont eu le Covid-19. Oui, c'est vraiment un enchaînement assez fou.

Lire la Suite de l'Article