Paris va simuler une canicule à 50°C pour savoir comment la contrer

Il y a 2 mois 69

Après la sobriété énergétique, la résilience. La rentrée politique a décidément un accent très particulier à Paris, axé sur les conséquences des récentes crises sanitaires, climatiques et géopolitiques qui se répercutent sur la capitale. Pour mieux anticiper les défis de demain, la municipalité a en effet présenté ce mercredi sa nouvelle stratégie.

« Le territoire a fait l’objet de crises diverses ces dernières années, rappelle Pénélope Komitès, adjointe à la maire (PS) de Paris chargée du sujet. Une crue de la Seine en 2018, des mouvements sociaux d’ampleur, l’incendie de Notre-Dame… Depuis février, une guerre se déroule à nos portes et cet été, Paris a connu une canicule extrêmement importante. C’est quoi, la crise prochaine ? » À cette question, la collectivité répond vouloir « aller plus loin » que son premier plan d’actions adopté en 2017.

Car si certaines initiatives ont abouti, à l’image des cours « oasis » dans les écoles ou de l’engagement de citoyens dans le programme « Les Volontaires de Paris » pour œuvrer envers les plus vulnérables, d’autres situations n’avaient pas été imaginées. « La résilience alimentaire, les cyberattaques, la multiplicité des crises conjointes sont des sujets que nous n’avions pas traités », poursuit Pénélope Komitès.

Tester les dispositifs de la Ville

Autant de potentielles situations de crise contre lesquelles la Ville veut être prête à réagir. Plus concrètement, cela passe par des exercices de mise en contexte. L’un d’eux aura lieu en octobre 2023. Deux quartiers d’un même arrondissement – celui-ci n’est pas encore déterminé – seront plongés dans un scénario caniculaire fictif, lors d’une opération nommée « Paris à 50 °C ».

« Cet exercice va simuler une canicule qu’on n’a pas encore vécue, plus longue et avec un phénomène de dôme de chaleur de 50 °C », explique l’adjointe. Il s’agira de tester, en deux temps, les dispositifs déployés par la Ville – « des brumisateurs mobiles, des salles rafraîchies ou encore des ombrières, par exemple » - ainsi que la réaction des habitants de ces quartiers.

Mobiliser les Parisiens

« Les crises, on y a survécu, mais elles peuvent se reproduire, commente Pénélope Komitès. Et même si le futur est engagé avec des inquiétudes, cette stratégie de résilience ne doit pas être anxiogène. » La Ville, par des projets associatifs, scolaires et culturels, en appelle à la mobilisation des Parisiens, « pour élaborer des réponses à la hauteur des défis qui se dressent devant nous ».

Lire la Suite de l'Article