Paris : Un local du restaurant Le Petit Cambodge squatté par des militants

Il y a 1 année 305
AccueilParis

Le Petit Cambodge a rouvert ses portes ce lundi 14 mars. A 19h, le premier client s'est attablé. A 19h30, l'établissement était plein.

Le Petit Cambodge a rouvert ses portes ce lundi 14 mars. A 19h, le premier client s'est attablé. A 19h30, l'établissement était plein. — F.Pouliquen / 20 Minutes

Depuis mi-novembre, des militants associatifs occupent le local, en travaux, du futur restaurant des gérants du « Petit Cambodge », l’un des établissements ciblés lors des attentats du 13-Novembre, dans le 10e arrondissement de Paris.

Un groupe de militants associatifs, présenté comme les « révoltés de la place Sainte-Marthe », occupe les locaux, situés rue Claude Vellefaux, depuis le 14 novembre.

« Ce local est squatté pour lutter contre la gentrification »

Les gérants du Petit Cambodge espéraient ouvrir ce nouveau restaurant, leur troisième, en janvier, « pour un nouveau départ », expliquent-ils sur leur page Facebook. « Un « collectif » a investi les lieux, changé les serrures, badigeonné les murs. Il y organise des apéros, propose de s’y réunir, d’y lutter. Pendant que nous nous battons pour maintenir notre activité », ont-ils écrit dans un message posté ce week-end, ajoutant : « informés trop tardivement, nous n’avons pas pu intervenir à temps pour les déloger ».

Ce collectif a expliqué que sa volonté n’avait « jamais été de (s')attaquer au Petit Cambodge mais tout simplement d’occuper un local abandonné pendant cinq ans et de répondre aux besoins du quartier ». Dans un communiqué publié avant l’audience, il a déploré la « gentrification » du quartier au profit de « spéculateurs », de la plateforme AirBnb ou de « restaurants de luxe et bobo ». Des artisans de l’historique rue Sainte-Marthe avaient déjà manifesté en janvier 2020 contre les risques de spéculation dans le quartier

Un nouveau sujet de friction entre les socialistes et les écolos

Les gérants du Petit Cambodge ont déposé une plainte pour violation de domicile. Après un premier renvoi, une audience a eu ce mardi au tribunal de Paris. La décision a été mise en délibéré au 4 janvier prochain, toujours selon Le Figaro. La situation est scandaleuse pour Alexandra Cordebard, la maire du 10e arrondissement. « Je demande instamment aux squatteurs de ne pas dégrader les lieux et de restituer le local au plus vite à son locataire », a-t-elle écrit sur Twitter lundi.

Je condamne fermement l'occupation illégale du local loué par le Petit Cambodge. Je demande instamment aux squatteurs de ne pas dégrader les lieux et de restituer le local au plus vite à son locataire.
⤵️ https://t.co/JC5bFybJnf

— Alexandra Cordebard (@ACORDEBARD) December 28, 2020

Mais tous ne sont pas du même avis. Guillaume Durand, adjoint EELV à la mairie du 14e arrondissement, a lui pris la défense des militants : « C’est un local qui appartient à un bailleur social de la ville de Paris et suite à l’émotion causée par les attentats, il a été proposé au Petit Cambodge à un loyer raisonnable. Ce que le Petit Cambodge n’a pas dit à ce moment-là, c’est qu’ils étaient en train d’ouvrir une deuxième enseigne un peu plus loin dans le quartier », a-t-il déclaré lundi sur CNews, précisant que « depuis 2015, le Petit Cambodge n’a jamais ouvert ce local, aujourd’hui squatté, comme un restaurant ».

Ce matin, @Guill_Durand, adjoint @eelvparis14 était l'invité d'@ericbrunet sur @LCI : "depuis 2015, le #PetitCambodge n'a jamais ouvert ce local. Ce n'est pas le restaurant qui a été squatté, c'est un local jamais depuis 5 ans."#BrunetDirect @EELV_Paris pic.twitter.com/wgIYtELp1v

— Morgan Jasienski 🤝🌻🌍⚖️🌈 (@MorganJasiens) December 28, 2020

Mais visiblement, le sujet ne va pas améliorer les relations entre les écolos et les socialistes. « Le Petit Cambodge, c’est l’âme de Paris, touchée par les attentats », a écrit de son côté Olivia Polski, adjointe (PS) en charge du Commerce à la mairie de Paris, sur Twitter en réponse à Guillaume Durand. « Ta position d’élu devrait t’amener à plus de responsabilités ».

Lire la Suite de l'Article