Ligue 1 : pour ses débuts à Clermont, le PSG de Galtier veut gagner et séduire

Il y a 1 mois 68

C’est une tradition qu’il se serait bien passé de perpétuer. Comme Mauricio Pochettino l’été dernier ou Thomas Tuchel les précédents, Christophe Galtier ne disposera pas de tous ses musiciens pour ouvrir le bal de la Ligue 1. Touché aux adducteurs, Kylian Mbappé ne sera pas de l’orchestre qui entonnera la fièvre du samedi soir à Clermont (21 heures). Un bémol, le nouvel entraîneur parisien le sait, qui ne change rien à la partition sans fausse note que devront jouer ses troupes au pied des volcans d’Auvergne.

En dépit d’un répertoire bien moins fourni que ses prédécesseurs, d’une expérience limitée de la scène européenne et presque vierge dans le domaine de la gestion de stars internationales, c’est sur un air des plus entraînants que le nouveau chef d’orchestre et sa troupe ont donné leur première représentation lors du Trophée des champions dimanche dernier à Tel-Aviv. Deux mois après le baisser de rideau de l’exercice le plus fade depuis l’arrivée du Qatar (en 2011), à peine quatre semaines après le départ d’un Mauricio Pochettino qui n’aura jamais su trouver le bon tempo, Paris a donné, face à un FC Nantes débordé de toutes parts, l’impression de s’être déjà (ou enfin) mis au diapason.

Symbole de ce PSG déjà réglé comme du papier à musique, la prestation des superstars Ramos - Messi - Neymar qui ont, quatre-vingt-dix minutes durant, rallumé les étoiles dans les yeux de ceux qui entendent désormais en prendre plein la vue chaque semaine.

Continuer le show tout en faisant valser la concurrence

Car c’est bien là que se situent les défis du PSG de Christophe Galtier. Savoir garder le rythme, continuer le show tout en faisant valser la concurrence. Comme chaque année à l’heure de donner le la, elle apparaît un peu légère pour lui gâcher l’existence dans les compétitions domestiques. Mais imaginer que Paris se prépare à une balade de santé serait non seulement oublier les leçons de ces deux dernières années mais aussi ignorer les dangereuses spécificités de cette saison pas comme les autres, au cours de laquelle la première Coupe du monde programmée en automne (21 novembre au 18 décembre) viendra assurément bousculer les équilibres.

Une raison qui explique un peu plus pourquoi Christophe Galtier n’a de cesse de redire sa lubie de voir l’exigence accompagner le quotidien de chacun de ses joueurs. Sans celle-là, il le sait, Paris n’atteindra pas les sommets qu’il s’est mis en tête de fréquenter. L’ascension commence ce samedi à Clermont. Elle est le premier pas, sans aucun doute, vers les records en tout genre : celui du nombre de points en championnat (96 en 2015-2016), de buts qui permettraient à Mbappé (171) de dépasser Cavani (200) au rang des meilleurs buteurs parisiens, celui qui verrait Verratti (379) se rapprocher de Pilorget (435) au nombre de matchs sous le maillot parisien et surtout décrocher ce qui reste l’objectif immuable : remporter la Ligue des champions.

Lire la Suite de l'Article