«Ils ont peur qu’elles ne brûlent» : à Paris, les gardiens d’immeuble interdits de sortir les poubelles le 31

Il y a 1 année 199

C'est une « tradition » et une (triste) première ! Tous les ans, la nuit du réveillon de la Saint-Sylvestre, des poubelles verte de la ville de Paris sont incendiées dans les rues de la capitale. Cette année, pour s'en prémunir, la RIVP, le 2e plus gros bailleur social de la ville de Paris, est passée à la vitesse supérieure.

« On nous a demandé, confirme Geneviève*, gardienne dans le XIVe arrondissement, de ne pas sortir les poubelles ce jeudi et de prévenir officiellement les locataires. Ils ont peur qu'elles ne brûlent. »

« Cette année a été un peu spéciale ! justifie Serge Contat, le patron de la RIVP. Compte tenu du calendrier, avec le week-end qui suit, il fallait faire pédagogique et efficace ».

«C'est plutôt triste d'en arriver là !»

Un petit flyer RIVP a donc fleuri dans le hall de ses 1100 immeubles : « Par mesure de sécurité, les conteneurs des poubelles ne seront pas sortis le 31 décembre. Nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d'année ». « C'est plutôt triste d'en arriver là ! » lâche dépité un locataire contemplant l'affichette.

Chez Paris Habitat, « on nous a aussi demandé, indique une gardienne, qui n'a jamais eu de poubelles brûlées, de ne pas laisser les conteneurs dans la rue après 18 heures et de bien fermer les locaux poubelles ».

Des préconisations de la préfecture de police

« Ces instructions, précise-t-on à l'Hôtel de ville, sont issues de préconisations de la préfecture de police, transmises au niveau local aux bailleurs via les commissariats d'arrondissements ». Ce qu'atteste un commissaire de police : « C'est une mesure de sécurité : moins de poubelles dehors, moins d'incendies ! ».

« Cela peut paraître anodin un feu de poubelle, décrypte Eric Brocardi, porte-parole des sapeurs-pompiers de France, qui précise que « les feux de poubelle et de voitures représentent sur l'année entre 75 et 80 % de nos interventions sur la voie publique ». Le problème, poursuit le soldat du feu, c'est que « c'est souvent à proximité des habitations, des voitures et qu'on craint la propagation ». D'ailleurs, précise Eric Brocardi, le soir de la Saint-Sylvestre, les casernes sont renforcées en effectif ».

460 000 bacs verts, à 150 euros chacun

Côté statistiques, parmi la flotte globale de quelque 460 000 bacs verts — à 150€ la pièce — dispatchés dans les immeubles parisiens propriétés de la ville de Paris, il est difficile d'avoir le nombre exact de poubelles brûlées le soir du 31. « C'est tabou, glisse un fonctionnaire à la préfecture de police, tout comme le chiffre des voitures brûlées »…

Le soir de la Saint-Sylvestre est régulièrement le théâtre d’incendies de poubelles. LP Le soir de la Saint-Sylvestre est régulièrement le théâtre d’incendies de poubelles. LP  

L'année dernière, le Ministère de l'Intérieur avait d'ailleurs refusé de communiquer les chiffres, « afin, d'éviter la surenchère ». Europe 1 avançait le chiffre de plus de 1450 voitures brûlées pendant la nuit de la Saint-Sylvestre sur tout le territoire national.

«La collecte s'effectuera plus rapidement qu'un jour normal»

Cette année, avec l'actualité sociale, les poubelles, ont été particulièrement ciblées. En dehors des « incontournables », — réveillon, 14 juillet, blocus de lycéens — il y a eu, entre autres, le 20 août dernier, la finale de la Ligue des champions opposant le PSG au Bayern Munich qui a dégénéré dans les rues de Paris et surtout les manifestations de Gilets jaunes infiltrées par les blacks blocs, avec ses kiosques à journaux et ses poubelles en feu.

Feu de poubelles lors d’une manifestation à Paris en septembre 2019. LP/Fred Dugit Feu de poubelles lors d’une manifestation à Paris en septembre 2019. LP/Fred Dugit  

Newsletter

L'essentiel du 75

Un tour de l'actualité à Paris et en IDF

La dernière en date, spectaculaire, remonte au début du mois. Le 5 décembre, avenue Gambetta (XXe), en marge de la manifestation contre la loi Sécurité globale à Paris, une banque, des voitures, des poubelles, ont été vandalisés et incendiés.

Pour la nuit de jeudi à vendredi, la ville a pris les devants pour sauver ses poubelles : « La collecte s'effectuera plus rapidement qu'un jour normal et pour certaines rues, les bennes passeront plus tôt que d'habitude ».

Lire la Suite de l'Article