13 Novembre : «Salah Abdeslam n’a pas tenu de kalachnikov et n’a tiré sur aucune victime», plaident ses avocats

Il y a 1 mois 37

Ils sont ceux pour qui la salle s’est de nouveau remplie. Ceux qui défendent depuis dix mois l’accusé phare de ce procès-fleuve, Salah Abdeslam, sous la menace de la peine la plus élevée du Code pénal, requise par le parquet national antiterroriste : la prison à vie. Ce vendredi 24 juin, ultime jour des plaidoiries de la défense avant un verdict programmé mercredi, Mes Olivia Ronen et Martin Vettes portent une dernière fois la voix du seul survivant des commandos du 13 Novembre. Pour s’insurger contre ces réquisitions « démesurées » qui voudraient « le sanctionner comme un symbole ». Qui voudraient que « l’exécutant déserteur en bout de chaîne » soit châtié à la même échelle que « le cerveau des attentats ». « Vous voulez mourir pour des idées, d’accord, mais ce sera d’une mort lente », grince Me Ronen.

Lire la Suite de l'Article